Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog d'écriture Chloé Noura

Ecrire tout Z'azimut.:poésies, jeux de mots; textes, défis d'écriture; contes, contes musicaux,coups de cœur, humeur du jour, coups de gueule...

La rage de vaincre: Essai d'écriture

Publié le 6 Janvier 2012 par chloé in Essais d'écriture

    

 

n812457258 1609104 4235100

 

 

 

 

Et  j’avançais sur ce chemin sans fin comme un bateau ivre chaloupant sur une mer  tourmentée. Je m’accrochais  alors avec courage  à ma volonté de vaincre ces éléments  déchaînés qui tentaient une fois encore de me mettre ventre à terre ! Dans cet environnement animé  d’une rotation étrange mais quasi permanente,  mon visage habituellement rosi  par  l’air vivifiant perlait de gouttelettes, virant au  teint laiteux. Mon corps,  devenu lourd comme ces arbres penchés à la mine consternée, s’anémiait pas à pas sous le poids de mes peurs. Au  grondement du vent se mêlaient mes soupirs, les tremblements des arbres,  les battements d’un cœur déjà bien au galop. L’automne avait perdu ses couleurs chatoyantes, son velouté si doux  et  gisaient sur le sol des feuilles  misérables, livides,  agonisantes, qui crissaient sous mes pieds  disant d’une même voix « N’y va pas ! »


      Mais quelque chose en moi ne se résignait pas !   Suspendue  au haut de la falaise depuis plus  de tente ans, l’enfant que j’étais  me  prit soudain la main  et la rage de vaincre ne m’abandonna pas ! Alors… Telles des guerrières  préparant leur assaut,  nous redressâmes le torse regardant dans les yeux  les cimes enneigées de ces montagnes austères qui semblaient nous toiser. Nos pas se firent plus sûrs et nos cœurs tout d’un coup devenus plus vaillants  foulèrent  enfin le sol  sans jamais désarmer comme si  quelque chose nous poussait par l’avant et au-delà du vide.


      Devant le précipice nos corps ne tremblaient plus.  Durant des heures entières  nous pûmes dans un apaisement total,  savourer pleinement  toute la magnificence de cet amphithéâtre,  ce joyau de beauté  que la frayeur d’un jour nous avait occulté ! A la tombée du soir,  Le présent,  le passé   s’étant réconciliés, nous purent nous séparer et nous  lâcher la main sans ne rien regretter ! La peur cette fois avait été vaincue et nous avions gagné !

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commenter cet article

daniel 08/02/2012 18:50

bonjour Chloé
Miletune a cet avantage de faire se rencontrer d'autres plumes errantes et je viens (ce n'est pas la première fois) me poser en ton espace
moi aussi j'aime les mots nus sans apparats comme cette métaphore de l'enfant projeté, de la peur vaincue qui fait encore l'envie d'avancer même vers parfois d'horizons de brume
belle rencontre, je reviendrai

chloé 08/02/2012 20:51



Merci à toi Daniel! moi aussi j'ai bien aimé ce que j'ai trouvé sur le chemin de tes mots et irai aussi me ballader  à la croisée de tes  chemins! Amicalement. Chloé